poupée


poupée

poupée [ pupe ] n. f.
• 1265; lat. pop. °puppa, de pupa, probablt « mamelle, sein » d'où « tétine » et « poupée de chiffon »; cf. pouper « téter », et aussi 2. pompe
1Figurine humaine servant de jouet d'enfant. Poupée de bois, de carton, de celluloïd, de chiffon, de cire, de matière plastique, de porcelaine, de son. « On a trouvé dans des tombeaux égyptiens [...] des poupées en terre cuite, en os, en ivoire, avec des articulations mobiles » (Gautier). Poupée qui parle, poupée articulée. Poupée mannequin, au corps d'adulte. Poupée représentant un bébé. baigneur, poupon. Jouer à la poupée. Vêtements, mobilier de poupée. Avoir un visage de poupée ( poupin) .
Par ext. Figurine humaine servant d'ornement. Collection de poupées en costume régional. De poupée, se dit de ce qui est très petit. Un appartement de poupée. « Maison de poupée », pièce d'Ibsen.
Poupées russes ou poupées gigognes : figurines en bois très colorées, de forme semblable, s'emboîtant les unes dans les autres.
2Fig. Se dit d'une femme jolie et futile. « je suis une faible femme, mais du moins je n'ai pas été égarée comme une poupée par les avantages extérieurs » (Stendhal). (1833) Fam. Jeune femme, jeune fille. pépée. Une belle, une chouette poupée.
3Figurine servant de but au tir. « Il n'avait pas encore abattu vingt poupées sur vingt-deux dans un tir » (Balzac).
Poupée gonflable : simulacre féminin (en plastique gonflable), utilisé à des fins érotiques. « Une poupée gonflable grandeur nature, aux formes élastiques » (Tournier).
4Doigt malade, entouré d'un pansement; le pansement.
Techn. Dispositif pour maintenir la ou les pièces à travailler. Poupée fixe, mobile d'une machine-outil.
5Techn. Partie intérieure d'un cigare, constituée de la tripe et de la première enveloppe. La cape est enroulée autour de la poupée.

poupée nom féminin (latin populaire puppa, du latin classique pupa, petite fille) Figurine représentant un personnage et servant de jouet, d'ornement, de décoration. Familier. Pansement épais qui enveloppe un doigt blessé ou malade. Petite personne jolie, maquillée et coquette, mais futile et un peu sotte. Populaire. Jeune femme, jeune fille. Gravure et lithographie Chacun des petits tampons de mousseline servant à encrer, de différentes couleurs, la planche d'une taille-douce, dans le cas d'une estampe en couleurs exécutée à l'aide d'une planche unique. (On parle ainsi de gravure à la poupée, par opposition à la gravure en couleurs à plusieurs planches, au repérage.) Mécanique Organe de machine recevant un arbre de transmission ou servant de point fixe à un mouvement de rotation. Tabacs Cigare tel qu'il se présente avant la pose de la cape. ● poupée (expressions) nom féminin (latin populaire puppa, du latin classique pupa, petite fille) De poupée, très petit : Maison de poupée. Visage de poupée, mignon et coloré, ou peu expressif. Poupée russe, synonyme de matriochka. Poupée gonflable, mannequin de femme en matière plastique gonflable, utilisé comme substitut sexuel. ● poupée (synonymes) nom féminin (latin populaire puppa, du latin classique pupa, petite fille) Jeux. Poupée russe
Synonymes :

poupée
n. f.
rI./r
d1./d Figurine représentant un être humain (de sexe féminin, le plus souvent) et servant de jouet, de décor. Syn. (Réunion) baba de chiffon.
d2./d Fig. Jeune femme, jeune fille d'une grâce mièvre et affectée.
d3./d Fam. Pansement entourant un doigt. Syn. (France rég., vieilli; Québec) catin.
rII./r TECH Chacun des deux organes qui, sur un tour, maintiennent la pièce à usiner. Poupée mobile, poupée fixe.

⇒POUPÉE, subst. fém.
I.— [Avec réf. explicite au corps hum., au visage enfantin]
A.— 1. Figurine représentant généralement un enfant ou un bébé, destinée à l'amusement des enfants. Comme les oiseaux font un nid avec tout, les enfants font une poupée avec n'importe quoi (HUGO, Misér., t. 1, 1862, p. 488). La mère s'oubliait à penser tout haut, tournant et retournant sa fille comme une poupée de carton (ZOLA, Pot-Bouille, 1882, p. 37). Les assiettes d'un ménage de poupée, grandes comme des marguerites (COLETTE, Mais. Cl., 1922, p. 33) :
1. Nous savons par les auteurs anciens que, vers la fin des Saturnales, il était d'usage de se faire de petits cadeaux consistant en cierges de cire et en petites figurines en terre cuite servant à l'amusement des petits enfants. Les collections du musée du Louvre présentent un grand nombre de ces jouets primitifs, et c'est évidemment dans cette coutume qu'il faut voir l'origine des poupées.
D'ALLEMAGNE, Hist. jouets, 1902, p. 96.
SYNT. Jouer à la poupée; bercer, coiffer, coucher, habiller sa poupée; parler à sa poupée; chambre, garde-robe, malle, mobilier, service, trousseau, voiture de poupée; poupée de bois, de celluloïd, de chiffon, de cuir, d'ivoire, de papier mâché, de plastique, de son, de terre cuite; poupée mécanique, parlante; poupée articulée, incassable; poupée de collection; poupée à tête de porcelaine; poupée à bouche fermée, à bouche ouverte.
En partic. Figurine représentant une personne adulte, mince, élancée. C'est elle [la firme Mattel] qui a donné au monde « Barbie », la poupée sexy, celle qui oblige les parents à acheter systématiquement, pièce par pièce, les amis, les frères et sœurs, les robes et les gadgets qui forment l'indispensable entourage de la pin-up boule de neige (Le Nouvel Observateur, 29 mars 1967, p. 24, col. 1).
2. P. anal.
a) [Relativement à l'aspect physique de la poupée]
[À propos d'une pers. et notamment à propos d'une femme] Bouche, yeux de poupées. Sur son corps émacié et contrefait, elle avait une délicieuse tête de poupée, une petite face ronde et blême d'une exquise délicatesse (ZOLA, Fortune Rougon, 1871, p. 124).
Visage, face, figure de poupée. Visage, face, figure dont l'ovale, les traits délicats, la bouche, les pommettes, le teint, l'expression rappellent le visage d'une poupée. J'avais saisi du premier coup d'œil cette figure de poupée avec son teint de cire rose et le sourire insupportable de sa jolie petite bouche en forme de cerise (VIGNY, Mém. inéd., 1863, p. 164). Mme Létourneau, toute ronde, petite, avec un doux visage blond de poupée, des yeux clairs à fleur de tête (ROY, Bonheur occas., 1945, p. 156). Péj. Visage sans expression. Ses grands yeux bleus faïence et son insipide face de poupée (LORRAIN, Sens. et souv., 1895, p. 251).
Empl. adj. [En parlant d'une pers.] Il est pâlot, très joli, toujours un peu poupée. Un garçonnet en sucre (COLETTE, Cl. Paris, 1901, p. 255).
[Souvent avec valeur hypocor., s'adressant à une petite fille, à une jeune fille] Synon. poupette. Cette seule pensée d'épouser quelqu'un que j'ai vue poupée me paraît comique comme l'idée d'accoupler deux joujoux (FROMENTIN, Dominique, 1863, p. 229). Mademoiselle Afchin, alors une délicieuse poupée d'une dizaine d'années (...) venait souvent chercher son père (A. DAUDET, Nabab, 1877, p. 131). C'est comme si, pendant un temps, j'étais mort. Essuyez-moi le cou, car je ne puis pas remuer la main. C'est cela, poupée (CLAUDEL, Ville, 1893, I, p. 326).
Loc. De poupée
♦ [En parlant d'une réalisation hum.] Qui est de taille ou d'envergure très petite. Maison, village de poupée. Je travaille tous les jours à mon petit Trianon : je brouette des cailloux, j'arrache et je plante du lierre, je m'éreinte dans un jardin de poupée (SAND, Corresp., t. 3, 1853, p. 371). Luther évoque ces maniaques qui se cherchent des péchés de poupée, par peur de vivre quelques instants sans la conscience morose du péché (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 700).
♦ [En parlant d'une partie du corps] Synon. poupin. Doigts, bras, jambes, mains de poupée. C'était un être tout petit, une sorte de ludion à l'œil vif (...) Il bombait un torse de poupée sous un éternel gilet de flanelle rayée (VIALAR, Rose mer, 1939, p. 29). V. mince I A 2 b ex. de Frapié.
b) [Relativement à la fonction ludique de la poupée]
Personne que l'on traite comme un jouet. Il avait vécu libre depuis son enfance, fils d'un père qui ne l'aimait point trop et savait s'amuser autrement qu'en faisant de son fils sa poupée (STENDHAL, H. Brulard, t. 1, 1836, p. 290). C'était ma poupée, je le pliais à mes caprices, je pouvais le mettre à l'épreuve (SARTRE, Mots, 1964, p. 121).
Loc. Faire sa poupée (de qqc.). Prendre du plaisir à s'occuper de quelque chose, à le parer, à l'embellir. Il revint, s'engoua encore davantage; son esprit, naturellement médiocre, se plaisait en ces mille occupations qu'il voyait naître de toutes parts, de manière que, peu à peu, il se reprit à faire sa poupée de l'hôtel Beaujon (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p. 95).
3. P. ext.
a) Figurine humaine, richement habillée, jouant un rôle dans la décoration intérieure. Poupée de lit; poupée folklorique, régionale. Une poupée en grand costume du Directoire, ornée d'un chapeau à plume, les jambes enveloppées dans un vaste pantalon flottant (D'ALLEMAGNE, Hist. jouets, 1902, p. 118) :
2. ... si un trognon de chou peut représenter tous les bébés du monde, une Bretonne bien habillée ne sera jamais qu'une Bretonne et qu'une fille : de là le succès des poupons et des « baigneurs ». Les poupées de salon ne sont pas des poupées pour fillettes.
Jeux et sports, 1967, p. 83.
Au plur. Poupées russes ou poupées(-)gigognes. Figurines en bois vivement colorées, de forme semblable, s'emboîtant les unes dans les autres. Ces poupées russes emboîtées les unes dans les autres qui donnent le sentiment de l'infini (N. AVRIL, Jeanne, 1984, p. 101). Deux organisations (...) semblent fonctionner comme des poupées-gigognes, agissant alternativement au Liban et en Europe, selon l'évolution du rapport de forces au Moyen-Orient, quitte à se servir mutuellement de couverture téléphonique, dans leurs contacts avec la presse (Libération, 25 mars 1985, p. 29, col. 1).
b) Figurine humaine rituelle, culturelle ou magique. Piquer des poupées. Par sa danse, qui tourne en rond, il [le sorcier] tisse une trame maléfique autour de la poupée qui sert à l'envoûtement (LIFAR, Traité chorégr., 1952, p. 121). Lorsque Kennedy sera assassiné, Papa Doc laissera publiquement éclater sa joie et se vantera même d'y être pour quelque chose : « Je lui ai jeté un sort. » Comment? Mais c'est bien simple : avec une poupée et des épingles! (L'Événement du Jeudi, 12 juin 1986, p. 41, col. 3).
c) Poupée gonflable. Enveloppe de caoutchouc qui, remplie d'air, a le volume et les formes d'une femme nue grandeur nature et sert de partenaire sexuelle. [dans le quartier des boîtes de nuit et des sex-shops d'Amsterdam] dans un fouillis de phallus et de poupées gonflables (...), les patrons exploitaient en toute quiétude leur fonds de commerce (Libération, 8 août 1984, p. 12, col. 1).
d) HIST. DES MODES. Petit mannequin au corps de femme servant à présenter la mode, les nouveautés; mannequin des tailleurs. Poupée de mode; poupée de colporteur; poupée de la rue Saint-Honoré. Une armée de mannequins sans tête et sans jambes, n'alignant que des torses, des gorges de poupée aplaties sous la soie (ZOLA, Bonh. dames, 1883, p. 780). Ils vont lui raser la tête et c'est une chose affreuse à penser qu'elle deviendra semblable aux poupées des modistes (A. FRANCE, Rôtisserie, 1893, p. 284).
e) Figurine servant de but au tir. Abattre, décapiter la/une poupée. Je tire fort bien, je casse neuf poupées sur douze (STENDHAL, Souv. égotisme, 1832, p. 114). Il lâcha la détente. La poupée fut nettement décapitée (BAUDEL., Poèmes prose, 1867, p. 198).
P. métaph. S'il [l'épicier] s'avisait de lire les livres qu'il vend en feuilles dépareillées, s'il allait entendre les symphonies de Berlioz au Conservatoire (...) s'il feuilletait Cousin, s'il comprenait Ballanche, ce serait un dépravé qui mériterait d'être la poupée éternellement abattue, éternellement relevée, éternellement ajustée par la saillie de l'artiste affamé (BALZAC, Œuvres div., t. 2, 1840, p. 18).
f) Vieilli. Figure qui se trouve à l'avant d'un bâtiment à voiles. Synon. figure de proue. On nomme poupée dans les îles normandes la figure taillée dans la proue, statue de bois sculptée à peu près. De là, pour dire naviguer, cette locution locale, être entre poupe et poupée (HUGO, Travaill. mer, 1866, p. 114).
B.— P. anal.
1. Femme jolie, parée, élégante; qqf. avec valeur dépréc., femme oisive, qui n'a d'autre souci que celui de sa toilette et qui est frivole, enfantine, immature. Poupée de luxe, du beau monde, de salon. Les poupées sentimentales et musquées qui, sous Louis XV, ne pouvaient voir une araignée sans s'évanouir (STENDHAL, Racine et Shakspeare, t. 1, 1823, p. 41). Quelques-uns avaient une femme, une poupée, couverte de bijoux, de robes de prix, qu'ils montraient comme une enseigne, une garantie (PEISSON, Parti Liverpool, 1932, p. 167) :
3. Une gracieuse poupée, agréable à conduire, qui vous fait honneur dans le monde, avenante, qui pique et réveille le goût par la perfection et les renouvellements de sa toilette, voilà ce que le fiancé va trouver, et, ma foi, je crois qu'il eût été embarrassé s'il eût trouvé quelque chose de plus.
TAINE, Notes Paris, 1867, p. 193.
Empl. adj. Je ne suis pas aussi petite fille, aussi frivole, aussi poupée que vous l'imaginez (L. DAUDET, Am. songe, 1920, p. 76).
2. Populaire
a) Fam. Jeune femme jolie, fraîche, mignonne. Synon. pépée, nana. Une belle, une chouette poupée. Un qui fut étonné, ce fut lui, Petit-Pouce, lorsqu'il eut aperçu Pierrot avec une poupée à côté de lui (QUENEAU, Pierrot, 1942, p. 27). Marco, avec au bras une poupée qui semblait assez gironde de loin (SIMONIN, Touchez pas au grisbi, 1953, p. 142) :
4. ... il se mit à raconter : Paris (...) l'Opéra (...) la Bastille (...) et la Place Pigalle (...) et les monuments (...) et les voitures, les autos, les théâtres, les cafés, les dancings, les poupées, et l'argent plein les poches.
VIALAR, Faux fuyants, 1953, p. 116.
[Souvent avec valeur hypocor.] Faut pas t'en faire, poupée : il en viendra d'autres. Un de perdu, dix de retrouvés (SARTRE, Mort ds âme, 1949, p. 133). Peter : À quoi ça sert tout ça, puisqu'on est bien ensemble? (Il la serre encore plus fort contre lui.) Hein, ma poupée! Temple : Ne m'appelle pas comme ça (CAMUS, Requiem, 1956, 2e part., 5e tabl., p. 885).
En partic.
Péj. Vieille poupée. Personne âgée qui s'habille ou se maquille d'une façon ridicule pour son âge. La vieille poupée elle en râlait dans sa voilette! (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 487).
Loc., souvent péj. [Sert à désigner une femme, ou plus rarement, un homme qui met beaucoup de soin (ou trop de soin) dans sa parure] (C'est) une vraie poupée. (Dict. XIXe et XXe s.).
b) Populaire
Maîtresse, concubine. Je m'en fus rue Saint-Honoré Pour y trouver ma poupée Je lui dis ma petite femme Au bal veux tu v'nir danser [Chanson d'un troupier] (VIDAL, DELMART, Caserne, 1833, p. 344).
Femme aguichante qui cherche l'aventure; prostituée. [Il faut] camper toutes ces poupées là à la porte (VIDAL, DELMART, Caserne, 1833p. 167).
Poupée à ressorts. Synon. de prostituée (d'apr. HAUTEL t. 2 1808; également chez LARCH. 1880 et DELVAU 1883 avec chez ce dernier le sens de « concubine »).
II.— P. anal. (de forme ou d'aspect)
A.— Fam. Pansement entourant un doigt malade. Range-le [le couteau], ordonne-t-elle, quand tu te seras fait une entaille à un doigt (...) je serai obligée de te mettre une poupée (VIALAR, Clara, 1958, p. 135).
B.— Vieilli. Chanvre peigné dont on garnit le fuseau à filer. Un coup de pistolet mit le feu à une petite provision de chanvre en poupées, placée sur une claie au plafond (SAND, Mare au diable, 1846, p. 191).
C.— Spécialement
1. ARBORIC. Masse de terre argileuse mêlée de mousse ou de foin, entourée de chiffon ou de paille, que l'on place autour des greffes. Enter en poupée. (Dict. XIXe et XXe s.).
2. GÉOL., le plus souvent au plur. Poupées (du loess). Concrétions calcaires de forme allongée, le plus souvent disposées verticalement, éparses dans le loess, formées à la suite de l'infiltration des eaux. On voit, sous cet épiderme [limoneux du loess alsacien], des couches friables d'un jaune clair où le calcaire dissous à la surface se retrouve sous forme de concrétions ou poupées (VIDAL DE LA BL., Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 227).
3. GRAV. Petit tampon servant à encrer une planche en taille-douce. Encrage, tirage à la poupée. L'encrage [dans les presses typographiques] se faisait à l'aide de balles rappelant les poupées de nos graveurs en taille-douce (Civilis. écr., 1939, p. 8-9) :
5. ... on se sert d'un seul cuivre qui, au moment de l'encrage, reçoit toutes les couleurs à la fois : c'est le procédé d'impression à la poupée [it. ds le texte], du nom du petit tampon utilisé pour repartir les couleurs sur le cuivre...
DACIER 1944, p. 9.
4. MÉCAN. Chacun des organes d'une machine-outil qui maintient ou guide la rotation d'une pièce tournante. Poupée fixe et poupée mobile d'un tour; poupée et contre-poupée d'une fraiseuse. L'arbre du tour [à bois] est terminé d'un côté par un nez fileté sur lequel on peut visser soit un plateau rainuré, soit une pointe. Dans ce dernier cas, on dispose sur le banc, en face de la poupée fixe, une poupée mobile (GORGEU, Machines-outils, 1928, p. 143). Le maître [meunier] perçait, au millimètre près, les cavités centrales où s'engagent les pointes des poupées (LA VARENDE, Tourmente, 1948, p. 108). V. contre-pointe 2 ex. de Gorgeu.
En partic., TRANSP. MAR. Poupée (de treuil, de guindeau). ,,Bloc de bois ou de fer fixé à l'extrémité d'un treuil ou d'un guindeau et sur lequel on tourne les manœuvres que l'on veut virer`` (GRUSS 1978). Les « dockers » remplissent de multiples emplois répondant à des dénominations parfois pittoresques, telles que : conducteurs de grues et de treuils, hommes de poupée (...), décrocheurs ou déclancheurs de bennes (M. BENOIST, PETTIER, Transp. mar., 1961, p. 174).
5. TABACS. Partie interne du cigare, constituée de l'élément central ou tripe revêtu de la sous-cape. Hommes et femmes s'appliquent avec dextérité, dans de vastes ateliers à composer la poupée, ou tripe du cigare (Le Monde loisirs, 2 juin 1984, p. v, col. 4).
REM. 1. Poupetier, subst. masc. Fabricant de poupées. Au XVIIIe siècle, en France le poupetier était surtout un modeleur. Les poupées étaient coulées ou pressées dans des moules et, dans beaucoup de cas, le poupetier cherchait d'autres ressources (...); notamment il allait modeler dans les hôtels et les palais, des ornements de plafond ou de corniches (ALLEAU 1964, ap 415). Avant que l'industrie du jouet n'impose le caoutchouc (poupées Good-year, 1851) et le celluloïd (1880), les poupetiers avaient utilisé successivement le papier mâché recouvert de cire (1810) et la gutta-percha (1850) (Encyclop. gén. Hachette, t. 10, 1977, p. 3594). 2. Poupette, subst. fém., fam., synon. (supra I B 2 a). [Avec valeur hypocor., à l'adresse d'une jeune femme ou d'une petite fille; p. plaisant. chez Céline] Les autres merdeux des rayons, ça les faisait marrer (...), la vitesse que j'atteignais pour passer d'un étage à l'autre (...). À peine que j'étais descendu qu'on me refilait un autre paquesson!... Vas-y poupette! Je te connais bien! (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 164).
Prononc. et Orth. :[pupe]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Fin XIe s. popede « paquet de lin sérancé » (RASCHI Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t. 1, n° 842); 1396 poupee (Arch. Nat., JJ 151, pièce 9 ds GDF. Compl. : une poupee de lin); b) 1600 hortic. enter en poupee (O. DE SERRES, Theatre d'Agric., VI, 21, p. 656); c) 1611 « pièce d'un tour qui maintient l'objet à travailler » (Mém. de la Sté de l'hist. de Paris, 1916, p. 77 : ung tour de boys garny de deux poupées); d) 1690 « pansement entourant un doigt blessé » (FUR.); e) 1895 grav. « tampon servant à encrer une planche en taille-douce » (GUÉRIN Suppl.); f) 1900 « partie d'un cigare » (Nouv. Lar. ill. t. 3, s.v. cigare); 2. ca 1269-78 popee « petite figure humaine servant de jouet ou de décoration » (JEAN DE MEUNG, Rose, éd. F. Lecoy, 14082); 3. a) fin XIVe s. poupée fig. « personne enfantine, immature » (FROISSART, Chron., éd. L. et A. Mirot, t. 13, p. 214 : celle poupée le duc d'Irlande); b) déb. XVIe s. « femme jolie, parée, coquette » (Réformation des Dames de Paris ds A. DE MONTAIGLON, Rec. de poés. fr. des XVe et XVIe s., t. 8, p. 251 : On vous nomme de Paris les poupées); c) 1808 poupée à ressorts « prostituée » (HAUTEL); 4. 1396 « mannequin sur lequel on essaie ou présente des chapeaux, des vêtements » (Compte de Charles Poupart, argentier du Roy, ms. BN fr. 20684, p. 473 cité par L. MIROT ds Mém. de la Sté de l'hist. de Paris, t. 29, p. 155 : A Robert de Varennes, brodeur et valet de chambre du Roi, pour poupées et mainages d'icelles, delivrées le 9 octobre 1396, pour la royne d'Angleterre); 5. 1832 « figurine servant de but au tir » (STENDHAL, Souv. égotisme, p. 114); 6. 1903 géol. poupées du loess (Nouv. Lar. ill.). Dér., au moyen du suff. -ée, d'un représentant du lat. pop. , issu du lat. « petite fille; poupée », avec redoublement expr. (FEW t. 9, pp. 606-607; pour une autre hyp., v. J. ORR ds R. Ling. rom. 1963, t. 27, pp. 295-321 et 1965, t. 29, pp. 2-14). Fréq. abs. littér. :896. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 463, b) 2 437; XXe s. : a) 1 745, b) 1 059. Bbg. BALDENSPERGER (F.). Notes lexicol. Fr. mod. 1938, t. 6, p. 255.

poupée [pupe] n. f.
ÉTYM. Fin XIe, popede, sens 4 « masse d'étoupe… »; lat. pop. puppa, de pupa, probablt « mamelle, sein », d'où « tétine » et « poupée de chiffon »; cf. pouper « téter », et aussi pompe.
1 (1265). Figurine humaine servant notamment de jouet d'enfant. || Poupée de bois, de carton, de celluloïd, de chiffon, de cire, de matière plastique, de porcelaine… || Poupée représentant un bébé (→ Baigneur, poupard, poupon), un enfant, un adulte. || Perruque de poupée. || Petit garçon, petite fille qui joue (cit. 18) à la poupée; donner à manger à sa poupée (→ Jeu, cit. 2). || Vêtements, maison, meubles, berceau; voiture… de poupée. (→ ci-dessous, infra cit. 5). — Théâtre de poupées. Marionnette.Avoir un visage de poupée ( Poupin), des yeux de poupée.
1 La poupée est un des plus impérieux besoins et en même temps un des plus charmants instincts de l'enfance féminine. Soigner, vêtir, parer, habiller, déshabiller, rhabiller, enseigner, un peu gronder, bercer, dorloter, endormir, se figurer que quelque chose est quelqu'un, tout l'avenir de la femme est là.
Hugo, les Misérables, II, III, VIII.
2 On a trouvé dans des tombeaux égyptiens, grecs, étrusques, osques, romains, plus ou moins bien conservées, des poupées en terre cuite, en os, en ivoire, avec des articulations mobiles à peu près comme celles des poupées modernes dites à ressort (…)
Th. Gautier, Souvenirs de théâtre…, Les marionnettes.
3 Pour la Saint-Nicolas, M. Dérys apporta à Catherine une maison de poupée avec quatre pièces, et tous les petits meubles, et la cuisine avec les casseroles, les plats, les assiettes, une merveille.
Aragon, les Cloches de Bâle, II, III.
4 (…) c'était une caisse de poupées, de poupées en robes fraîches, et qui toutes dormaient parce qu'elles avaient des yeux à bascule et étaient couchées sur le dos. Les quatre hommes les contemplaient, stupéfaits. Renaud en prit une. Dès qu'il la redressa, elle ouvrit les yeux. Il la reposa sur le ventre : elle pleura, un petit cri aigre et long, un miaulement de chat naissant.
Roger Vercel, Remorques, IX.
Par ext. Figurine à forme humaine, parée et servant d'ornement. || Poupée de lit à large robe étalée. || Poupées de porcelaine qui décorent une vitrine. || Collection de poupées en costume régional.
5 (…) de vrais lits de province, en acajou, sous des courtepointes bien tirées. Sur l'oreiller, une compagne les attend : grandes poupées d'étoffe, vêtues en Carmen ou en bayadère, qui ont les mêmes joues peintes et les mêmes yeux cernés.
R. Dorgelès, la Drôle de guerre, XII.
Par anal. || De poupée : très petit, transposé à l'échelle d'une poupée. || Jardin de poupée. || Maison de poupée, pièce d'Ibsen.
2 (V. 1360). Fig. Femme jolie, coquette, enfantine et futile. || Une gracieuse poupée (→ Divertissement, cit. 4). || Grande poupée blonde (→ Goût, cit. 41).
6 (…) madame du Gua lui dit à l'oreille : — Toujours le même ! Vous ne périrez que par la femme. Une poupée vous fait tout oublier.
Balzac, les Chouans, Pl., t. VII, p. 851.
7 J'ai été séduite, répondit-elle à ses remords, je suis une faible femme, mais du moins je n'ai pas été égarée comme une poupée par les avantages extérieurs.
Stendhal, le Rouge et le Noir, II, XIX.
(1640). Fam. Jeune femme, jeune fille. Pépée (→ Faire, cit. 251). || Une chouette poupée.
7.1 La routine… On a passé vos épreuves à la Brigade des Mœurs…, une de ces poupées était en carte… elle a refilé le tuyau…
H.-G. Clouzot et J. Ferry, Quai des Orfèvres (Scénario), in l'Avant-Scène, no 29, p. 29.
(Appellatif). || Salut, poupée ! Chérie.
7.2 Sylvia demanda :
— De quoi vous parlez ?
— Poupée, on cause. T'occupe pas.
Jean Genet, Journal du voleur, p. 127.
3 a Figurine servant de but au tir. || La poupée fut décapitée (→ Lâcher, cit. 1).
8 Eugène était un adroit chasseur, mais il n'avait pas encore abattu vingt poupées sur vingt-deux dans un tir.
Balzac, le Père Goriot, Pl., t. II, p. 895.
b (1396). Vx. Figurine pour présenter les vêtements. Mannequin.
c Poupée gonflable : simulacre féminin (en plastique gonflable), utilisé à des fins érotiques.
4 (1690). Doigt malade, blessé, entouré d'un linge, d'un pansement (→ Gaze, cit. 5); le pansement ainsi enroulé.
Masse d'étoupe, de filasse dont on garnit la quenouille.
Gravure. Tampon pour poser une couleur sur une planche de gravure qui doit en comporter plusieurs. || Tirage à la poupée, avec toutes les couleurs sur une seule planche.
5 Techn. Partie intérieure d'un cigare.
6 (1676). Dispositif pour maintenir la ou les pièces à travailler. || Poupée fixe, mobile d'une machine-outil.
Mar. Partie d'un winch autour de laquelle on enroule la manœuvre.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Poupee — Poupée La fabricante de poupées Tableau d Angelo Comte de Courten. Une poupée est une représentation stylisée d une personne humaine, souvent un bébé, un enfant ou une femme adulte, destinée à l amusement des enfants ou en décoration. Elle est… …   Wikipédia en Français

  • poupée — Poupée. s. f. Petite figure de bois, de carton, ou de cire, representant un enfant ou une jeune fille, & dont les enfans se joüent. Acheter une poupée au Palais. poupée de Flandre. vendeuse de poupées. poupée de plastre. poupée de bois. poupée de …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Poupée — Pour les articles homonymes, voir Poupée (homonymie). La fabricante de poupées, d Angelo Comte de Courten. Une poupée, (du latin …   Wikipédia en Français

  • poupée — (pou pée) s. f. 1°   Petite figure humaine de carton, de bois, de cire, etc. qui sert de jouet aux petites filles. •   Les enfants n ont l âme occupée Que du continuel souci Qu on ne fâche point leur poupée, LA FONT. Fabl. IX, 6. •   Quoiqu elles …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • POUPÉE — s. f. Petite figure humaine faite de bois, de carton, de cire, etc., pour servir de jouet aux enfants. Acheter une poupée. Poupée de Flandre. Poupée de carton. Poupée de bois. Poupée de cire. Un enfant qui se joue avec sa poupée, qui habille sa… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • POUPÉE — n. f. Petite figure humaine faite de bois, de carton, de cire, etc., pour servir de jouet aux enfants. Acheter une poupée. Un enfant qui joue avec sa poupée, qui habille sa poupée, qui coiffe sa poupée. Cette jeune fille n’est pas en âge d’être… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • poupée — nf. POÛNA (Albanais.001, Annecy, Arvillard, Balme Si., Chambéry), R.2 ; poupé (Saxel) ; poutrona (Épagny) ; martchola <fofolle> (Montagny Bozel). E. : Quenouillée. A1) mauvaise poupée : garôda nf. (Genève), R. => Guêtre. A2) poupée ;… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • poupée — Une Poupée, Pupa. Une poupée ou quenouillée, ou charge de fillace, Pensum …   Thresor de la langue françoyse

  • poupée —    Femme galante avec le cul de laquelle il est permis à tout le monde de jouer, comme Néron avec celui de Poppée.        Je m’en fus rue Saint Honoré pour y trouver ma poupée. Je lui dis: Ma petite femme...    VIDAL …   Dictionnaire Érotique moderne

  • poupée — n.f. Femmelette, souvent trop soignée …   Dictionnaire du Français argotique et populaire